Une rentrée pleine d'inquiétudes

05/09/2017. Un début de saison bien inquiétant pour les associations et les initiatives locales... Les mesures annoncées par le gouvernement au cours de l'été font peser de lourdes menaces sur le milieu associatif en général, ainsi que sur notre secteur d'activité. Le Pince Oreilles tient ainsi à informer sur la nature de ces menaces, parfaitement exprimées par ce communiqué de presse publié ce 5 septembre par le Collectif des Associations Citoyennes (CAC), dont notre réseau est adhérent. 

Une rentrée pleine d'inquiétudes

Communiqué de presse du 5 septembre 2017 

Suppression des contrats aidés et autres coups de canif dans le tissu associatif, que cherche le gouvernement ?

La fin annoncée des contrats aidés suscite une avalanche de contestation de la part de nombreux acteurs de la société civile, associations notamment, mais aussi de Collectivités Territoriales.

Cette mesure, après d’autres fragilisant le monde associatif, et de l’économie sociale et solidaire (ESS) invite à se poser la question : quelle conception le président Emmanuel Macron, son gouvernement, sa majorité à l’Assemblée nationale ont-ils de la société ? Alors qu’ils se réclament de la « société civile », une série de dispositions et d’annonces gouvernementales démontrent un dédain, voire un mépris pour les associations, tout comme pour l’ensemble de la société civile hors « start-up » et « entrepreneurs ». Le choix est clair. La cohésion sociale, la solidarité, et les pratiques d’auto-organisation des citoyens sont abandonnées, au plus grand bénéfice de structures entrepreneuriales prédatrices, voire parasitaires, au moment où l’action des associations est plus que jamais nécessaire : explosion des inégalités, défiance vis-à-vis des pratiques démocratiques, urgence environnementale…

Ainsi, c’est par touches successives que « le capital social » de notre pays est effiloché et s’amenuise :

  • La baisse des subventions publiques aux associations et leur mise en concurrence entre elles et avec les entreprises privées au moyen des appels d’offre ou des appels à projets, reconfigurant l’ESS en faveur du marché et faisant disparaître des associations, alors qu’il faut au contraire développer les subventions et les conventions pluriannuelles.
  • La baisse de la dotation de l’Etat aux collectivités locales, qui a affecté le financement des associations.
  • L’annonce de la suppression de la taxe d’habitation, qui va déséquilibrer encore plus les budgets des collectivités locales, car à terme les promesses de compensation ne seront pas tenues. Les associations pâtiront inévitablement de cette mesure qui, par ailleurs, aura pour effet de diminuer les subventions et les services rendus à la population.
  • L’annulation totalement arbitraire de crédits décidée cet été. Les crédits de la politique de la ville ont été amputés de plus de 11 %, alors que les actions concernent 1500 quartiers les plus pauvres de France où habitent 5,5 millions de personnes et ceux des droits des femmes de 25 %, ce qui entraîne à nouveau des difficultés et des disparitions d’associations.
  • La suppression dite « ciblée » des emplois aidés sous prétexte de leur coût trop élevé au regard de leur efficacité – alors que chaque emploi aidé ne coûte à l’Etat qu’environ 9 000 euros tandis qu’un emploi préservé ou créé avec le CICE coûte à l’Etat 400 000 euros, chiffre repris d’un article paru sur Alternatives Economiques. Au-delà des coûts ce sont de nombreuses personnes qui se retrouvent sans emploi.
  • La diminution de 5 euros par mois de l’APL (aide personnalisée au logement) qui va encore amputer le pouvoir d’achat des couches populaires, pour des économies dérisoires, alors qu’aucune mesure d’envergure n’est mise en place pour développer le logement social.
  • La suppression de la « réserve parlementaire » dont une partie importante allait vers les associations, sans compensation pour celles-ci, au point que le Conseil d’État a demandé, dans son avis du 12 juin, que le gouvernement veille à ne pas priver, à l’occasion de cette suppression, un certain nombre d’organismes publics ou privés des ressources indispensables pour assurer les missions de service public qui leur sont confiées. Nous demandons que, pour aller dans ce sens, le montant de cette réserve soit affecté à un fonds associatif, géré démocratiquement et en transparence par une structure élue par le monde associatif.
  • Le développement des « contrats à impact social », véritable instrument de destruction du monde associatif en le faisant passer sous la dépendance des groupes financiers.
  • Par ailleurs, les lois limitant les libertés (état d’urgence, loi dite « confiance dans l’action publique », première loi votée sous le quinquennat Macron, qui perpétue les principales dispositions de l’état d’urgence) qui viennent s’ajouter aux neuf lois du quinquennat précédent renforçant l’arsenal pénal et administratif et limitant d’autant les libertés individuelles et collectives. Nous pouvons rajouter également la pénalisation « du délit de solidarité », afin d’empêcher les militants et les associations d’aider les réfugiés.

La destruction du domaine social et la limitation des libertés vont toujours ensemble et forment un couple indissociable, d’une politique régressive.

Les 1 300 000 associations que compte notre pays représentent une richesse incomparable pour la  nation. Avec 11 millions de bénévoles actifs, elles sont indispensables à la démocratie, au développement du lien social et au pouvoir d’agir des citoyens, car aucune société ne peut vivre humainement sans l’action collective menée par des individus libres et égaux. Elles répondent également à des besoins diversifiés, au plus près du terrain, que ni la puissance publique ni les entreprises lucratives ne peuvent couvrir. Leurs activités représentent 104 milliards d’euros, soit 7 % du PIB en France. Les subventions publiques qu’elles reçoivent ne sont que la contrepartie de leur contribution à l’intérêt général et de leur action positive au bénéfice des populations et des territoires. C’est pourquoi la vision réductrice du gouvernement, qui semble ne voir dans le champ des activités associatives que des marchés à investir, traduit une profonde méconnaissance de la réalité par nos responsables politiques. Ce maillage de structures émanant de la société civile fait la démonstration que les femmes et les hommes sont capables de s’organiser eux-mêmes pour s’atteler collectivement à la tâche vitale consistant à construire une société plus solidaire, durable et participative.

C’est pourquoi le collectif des associations citoyennes dépose un recours au Conseil d’État afin d’obtenir l’annulation de la décision concernant les emplois aidés qui met brutalement les nombreuses personnes dans une situation intolérable.

 

Sélection de communiqués et d’articles traitant du sujet

Communiqués de presse :

Articles :

Retour

Jukebox 77 Connexion
  • Tous styles
  • Rock
  • Chanson
  • Pop / Folk
  • World
  • Electro
  • Rap, R'n'B, Soul
  • Reggae / Ska / Ragga
  • Jazz / Blues / Funk
  • Metal
  • Autres
  • Do BetterYsé SAUVAGE
  • Missive version acoustique
  • Train trainMerline and Merline
  • Amicalement votreC KOI L'R
  • Tiny DuckySubPressure
  • TILL THE DAWNGALLO
  • RedemptionDan Starinsky
  • On s'en branle (Font&Val)Lucas Rocher
  • J'ai apprisK-Ryb
  • BURN OUTANTI-D
  • Before I Let GoAnthony Spadaro
  • gitanosalain teixeira
  • NOWHERELSENURSEY'S PALACE
  • Body's callNoona Bae
  • De la Lune à la TerreKosmoZ
  • JACKYLes singes verts
  • StreamlinerThe Streamliner
  • RJ 4 5COHAAGEN
  • Misen sanG.Nova
  • NovembrePhilippe Champagne
  • Cause IJodie Coste
  • Vies antérieures (Olmèques Part IV - version acoustique)Bruno Karnel
  • Et quand tu t'assassinesDagara
  • Scuttle ButtinRiviera Paradise
  • BougerLord & Mighty
  • Si courte la vie TracyLor
  • 5 O'clockblobfish for lunch
  • Let's Go!KROKODIL DENTAL PLAN
  • Elle m'a dit NonHaïtchagal
  • Keep On Rockin'Tommy Foster
  • Ready Fi Di FyahJADAWEE I
  • Paris ClandestinLe Fil De L'Eau
  • I gotta BluesWalker Family
  • Encore une bière / Salue les copains - LiveDaniel Craig
  • WhyThe Nextfloor
  • JMPPLTGIG MUSIC
  • Voir ce monde 2 0Eiliant
  • Are you ready to lieAnicide
  • Hawaï (album version 2013)ATA
  • Ouvre Les YeuxFabetiol
  • Good Mourning ChildMEMORIES OF A DEAD MAN
  • Love Kissing LadiesTommy Foster
  • STILL A FRIEND A MINEFUNKIT
  • And we go awayZephyr
  • GenbakuG.Nova
  • This is the futurePunk Floyd Jr
  • Cornelius (Ritalz remix)Ritalz
  • tu dansesCAUZETTE
  • La soifR'N'Vin
  • Grizzly Baby (acoustique)SINGE
  • PAR DESSUS BORDANTI-D
  • Africa UniteROOTS MELODY
  • Troops of doomSchoolyards
  • Stuck on youWhico Skyla
  • Quand on est richeLopez23
  • What do you SayThe Nextfloor
  • Jenny BullySubPressure
  • SélénéPërl
  • Nothing is better than youLENINA CROWNE
  • Black Fades Into BlueSPARKY IN THE CLOUDS
  • Kaaba MoonlightIthak
  • Gregory Le secret du sac poubelleLe retour des Dieux
  • DiveMarjie
  • TundraHangarten
  • Royal LineJADAWEE I
  • DreamgiverLa Chamaïcaine
  • Gosse précoceTexvor
  • Le peuple voit rougeAll My Team
  • SHOW ME MORELA NEBULEUSE D'HIMA
  • Alys' Little SecretHoaxAlys
  • BRUME C
  • SuperfunGlubax
  • L'IDOLEWard Léonard
  • Grandir 2 (youtube version 2015)ATA
  • Laissez-moi rêverAyon
  • Hande K Bruno Karnel
  • Lights OutCrispy Bubble
  • Old my ToadNAUSEA BOMB
  • MarilynMarengaux
  • The Power of the Mind JADAWEE I
  • 2 - ArtefactNAKHT
  • le chant de gaïaPakom Les Zotres
  • BreathNoona Bae
  • IntroMister il Slam
  • AngelsMadRack
  • Blonde SongKashin Class
  • PandoreKAPLA
  • Mona Lisa KlaxonBBH 2015
  • Heroin
  • I'm Coming HomeManu et Les Bongos
  • camping discoPy
  • Estelle en maillot - UnpluggedGlubax
  • CreedSlick 64
  • Dien Bien PhùNAUSEA BOMB
  • Un verre de toiJohana
  • No Kidding (or just a little bit)Crusty Combo
  • Unbound PleasureLyncelia
  • Bastardsubself
  • RecognizedBody of Sin
  • Pourquoi Pas (suite)Orbe
Prochaines dates

À découvrir sur 77 Connexion